Comment bien s’entourer ?

Il convient évidemment de faire le tri entre « l’entourage historique » et celui qui découle de la réussite sportive. Le second est souvent bien plus intéressé par les conséquences de cette réussite (l’argent) que par le sportif lui-même. Or on s’aperçoit que cet entourage permet souvent à une carrière sportive de durer, ou pas. C’est au sportif d’en prendre conscience et de mettre des freins quand cela lui semble pertinent. Ensuite, un autre filtre à utiliser est le suivant : qu’est-ce que cette personne peut m’apporter comme valeur ajoutée ?! En répondant à cette question on sait si cette relation est intéressante, ou non. D’autres filtres existent en fonction des caractéristiques et du relationnel de chacun.

L’humain au centre de l’attention

La composition même du sportif de haut niveau en tant que sportif mais aussi en tant qu’être humain dépend de son entourage, de son expérience et de ses choix. Les deux derniers paramètres étant fortement influencés par le premier.
Selon le CNOSF, l’entourage du sportif de haut niveau est à la fois sa force et sa faiblesse.

Comment on peut le voir si dessous :
On parle beaucoup de la motivation des sportifs mais ils évoluent au cœur d’un système avec des personnes qui eux aussi sont habités d’un désir qu’on ne connaît pas toujours aussi bien que cela. Si on distingue par exemple pour le jeune sportif trois niveaux de désir, on peut – à titre hypothétique – se laisser tenter à appliquer cette idée à son entourage.

Jeune sportif :

- désir affiché : s’amuser, être avec les copains, devenir champion…
– désir conscient, mais non-dit : être reconnu, devenir une vedette
– désir inconscient : le besoin d’être aimé, l’envie de dépasser son père, la compensation d’un complexe d’infériorité ; cultiver l’ambiguïté entre réussir pour faire plaisir aux parents et échouer pour les punir …
Yannick Noah explique ainsi que le joueur de tennis ne peut pas avoir un haut niveau s’il n’a pas connu de carences affectives et physiques dans son enfance.

sport-match-football-giants-large

Parent :

- désir affiché : aider son enfant dans son projet sportif
– désir conscient, mais non-dit : réussir socialement, gagner de l’argent
– désir inconscient : voir leur enfant atteindre ce qu’ils n’ont pas pu atteindre eux-mêmes ; compenser un manque dans la vie de couple et s’investir ailleurs… Ainsi, un père peut quitter son travail, s’éloigner de sa femme et suivre sa fille sur le circuit de tennis.

Entraîneur :

- désir affiché : faire progresser les jeunes
– désir conscient, mais non-dit : réussir au niveau social et sportif
– désir inconscient : atteindre des résultats qu’il n’a pas obtenus en tant qu’athlète
Plus les désirs d’une personne et ceux de son entourage sont compatibles et homogènes, plus le projet de carrière est équilibré et a de la chance d’aboutir. Ainsi les adultes peuvent aider les jeunes en se posant les bonnes questions, cela peut passer par identifier son propre désir, faire le deuil de sa carrière sportive, assumer la responsabilité du conseil donné et chercher la « bonne distance » pour rester à sa place.

Source : franceolympique.com

Le fait d’avoir un entourage équilibré, sain et qui a pour seul but la réussite du sportif pour lui-même est donc essentiel.