Les divers placements immobiliers

 

L’immobilier locatif se compose principalement de trois grandes familles, qui permettent d’assouvir les besoins de chacun.

- Tout d’abord, il existe l’immobilier de rendement qui consiste à créer un patrimoine au détenteur sur la base d’une forte rentabilité (loyers perçus élevés par rapport au prix d’achat).

En effet, ce concept est très avantageux puisqu’il octroie un rendement élevé entre 5% à 6% ainsi qu’une plus-value à l’investisseur.

Toutefois, l’immobilier de rendement détient certains effets pernicieux. Dans la mesure où il nécessite une gestion de la part de l’acheteur et est taxable à la tranche marginal du client, or nous savons tous que nos impôts en France ne sont pas voués à diminuer.

En outre, cette création de patrimoine peut se faire en passant par l’acquisition d’un studio, d’un parking ou de SCPI de rendement. Ce dernier est très prisé sur le marché actuel avec un rendement moyen à 5,20% et surtout aucune gestion ni trésorerie à prévoir au contraire d’un studio ou autre.

- Ensuite, il y a l’immobilier défiscalisant qui a pour objectif de réduire l’impôt de l’acquéreur. Ce dispositif est réalisable par le biais de l’achat de biens immobiliers Pinel, Malraux, de monuments historiques, de SCPI Pinel/Duflot et de SCPI déficit foncier.

Des avantages significatifs proviennent de ce concept, comme la réduction d’impôt et les bienfaits de normes environnementales. Bien qu’il puisse y avoir une durée minimum de détention ainsi qu’un rendement faible qui tourne autour de 2% à 4%.

- Le troisième axe est celui de l’immobilier neutre qui permet de créer des rentes au détenteur sans aucune fiscalité sur les revenus perçus. Ainsi, ce mécanisme engendre un statut de Loueur meublé non professionnel (LMNP) ou de loueur meublé professionnel (LMP), avec la location de studio meublé au sein de résidences de services.

Plusieurs effets positifs résultent de ce concept : cela permet d’avoir une fiscalité neutre et une sécurité importante grâce à un bail commercial. Cependant, l’investisseur est contraint d’acheter et de renouveler le mobilier ainsi que d’effectuer le suivi comptable.

 

Il existe trois façons d’investir en immobilier qui permettent à l’acquéreur du bien d’obtenir un patrimoine immobilier global.

- Premièrement, l’investisseur peut faire acquisition d’un bien par le biais d’un investissement « en direct » qui consiste à acheter un studio donc à passer par une agence immobilière qui s’occupe d’être intermédiaire entre le locataire et le propriétaire, en lui trouvant un locataire et reversant le loyer au propriétaire.

- Ensuite, il existe l’investissement « mutualisé » qui s’illustre avec la Société Civile de Placement Immobilier (SCPI).

En effet, la SCPI s’occupe de gérer un parc immobilier de type professionnel (bureaux, commerces, entrepôts..) et à la marge, quelques SCPI gèrent des biens d’habitations. Leurs métiers consistent à acquérir et gérer des biens immobiliers avec un fort potentiel locatif, l’objectif est de verser des loyers importants aux investisseurs sans aucune gestion et surtout en mutualisant le risque locatif sur plusieurs locataires différents.

C’est un marché très dynamique avec un rendement moyen supérieur à 5%.

- Enfin, il y a l’investissement « géré » notamment au travers des résidences de services. L’investisseur signe un bail commercial avec un gestionnaire ce qui lui garantit ces revenus pour une période relativement longue, les baux commerciaux sont signés pour des périodes longues entre 9 ans et 12 ans ferme.

Écrire un commentaire

Votre adresse email ne sera pas communiquée. Les champs à remplir obligatoirement sont marqués d’un astérisque.